Ricardo AHOUANVLAME: le prodige béninois qui vise la lune 🚀🌕🤩

Sydneya Blue-sydney

Partageons

Share on facebook
Share on pinterest
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp

La question du développement de l’Afrique semble reposer aujourd’hui sur les épaules des jeunes. De ce fait, il est capital que leur manière de penser et d’agir soit conforme à l’esprit évolutif.

Tout porte à croire que naître africain est d’office un échec ou un sacrifice. Mais, il pense plutôt que les défis à relever pour sortir de l’ornière du marasme intellectuel et du sous-développement sont très grands et qu’il faut s’y atteler au plus tôt.

Pour ce jeune auteur que nous sommes heureux de recevoir cette semaine, il est essentiel et impératif de se remettre en cause pour panser les maux qui rongent l’Afrique. Belle idée n’est-ce-pas ?

Pour nous, il est l’intelligence incarnée, une clef qui fait méditer et déverrouiller. Lui, c’est Ricardo, et nous vous demandons une oreille attentive car ce qu’il dit est vraiment profond et fort, le pur produit d’un engagement, d’une jeunesse qui conscientise.

Bonjour cher invité, nous sommes très heureux de vous recevoir sur notre page des jeunes talentueux. Présentez-vous s’il vous plait à nos fidèles lecteurs.

Je suis Ricardo AHOUANVLAME, développeur et référenceur web. Auteur de l’œuvre « Naître africain : sacrifice ou défi ? », je m’intéresse aux possibilités d’émergence et d’éclosion de l’Africain, de l’Afrique et du tiers-monde.

Voilà, vous êtes auteur de ce livre, dont le titre sonne à l’oreille « Naître Africain, sacrifice ou défi ? » Alors, parlez-nous-en. De quoi s’agit-il en réalité ?

Ce livre est une réflexion pratique et réaliste sur la question posée. J’y démontre par diverses analyses que naître africain est un défi…malgré tous les goulots qui étranglent plusieurs efforts du quotidien. Il s’agit donc d’une remise en cause de ces maux qui conditionnent le sous-développement de l’Afrique et aussi et surtout d’un condensé de solutions idoines et pérennes : des solutions qui peuvent correspondre à l’africain dans un contexte africain.

Qu’est-ce qui vous a motivé à aller vers cette réflexion pour en faire naitre un livre ? 

Tout est parti de 2017 où, suite à des expériences personnelles, je me demandais le choix que je ferais s’il m’était donné la possibilité de décider de naître africain ou de naître européen par exemple. Par la suite, j’ai poussé la réflexion plus loin et je l’ai confronté aux réalités historiques, rationnelles et scientifiques de l’Afrique.

En 2020, je m’étais donné le plaisir de relever un défi : celui de rédiger un livre en une semaine (7 jours). Puisque j’avais déjà cette question demeurée sans réponse depuis peu, je me suis enchambré et…  « Naître africain : sacrifice ou défi ? Â» a vu le jour.

Et pour l’instant, vous avez un résultat? Des influences sur les lecteurs ?

Oui. Beaucoup de retours positifs. Sinon que tous les retours obtenus jusque-là, depuis le 24 décembre 2021 qui était le jour de son lancement sont positifs. Les lecteurs témoignent de l’impact que cet essai a sur leur manière de penser, de concevoir l’Afrique et la question du développement ; nombreux sont ceux qui finissent sa lecture avec une motivation suffisante pour relever leurs divers défis respectifs à leurs manières.

A travers cette réalisation, peut-on vous qualifier d’auteur engagé ?

Si nous parlons d’un engagement réel et concret pour la prise de conscience de tout africain de ses potentialités et de ses atouts, je dirais oui. Je promeus cette conception.

Combien de temps avez-vous mis à faire ce chef d’œuvre ?

Il m’a fallu 7 jours pour rédiger cet essai ; 7 jours de réflexion scientifique et pragmatique : ce sont mes plus grands efforts intellectuels jusque-là. Évidemment, j’ai pris un an pour le parfaire !

Parlez-nous de ce qui a été difficile dans ce travail.

Parler de l’Afrique, revenir sur ses problèmes et essayer de proposer des solutions est un acte audacieux. Et dans mon cas, il me fallait adopter une démarche scientifique et rationnelle…sans forcément prendre parti. Mais ce n’était pas là, le véritable nœud de ce projet.

Il fallait surtout trouver des solutions ; pas des ébauches de solutions : mais des solutions réfléchies et adaptées à l’écosystème concerné. C’était le plus grand challenge. Et si je devrais revenir sur les retours des lecteurs, je dirais que ce fut un challenge relevé. Évidemment, ce ne fut pas du tout facile ; il faut le reconnaître.

Et comment êtes-vous arrivé à vous surpasser ?

Il me fallait prendre le temps de mieux réfléchir et d’aborder les divers secteurs avec perspicacité. Le temps… !

Le temps… Bien alors, racontez-nous un peu votre circonstance d’écriture.

Abomey-Calavi, Bénin. Après un mois de travail acharné sur un projet web en équipe, une semaine de dur labeur pour le compte du Space App Challenge de la NASA globalement remporté par mon équipe, il me fallait me contenter d’une chaise, d’un ordinateur et d’une connexion internet suffisamment instable pour concevoir cette œuvre. Et le défi de la durée était un challenge que j’ai dû fournir plus d’efforts pour être efficace. Au final, tout s’est bien passé. Le résultat, il est là.

Alors, puisque vous êtes avec nous cher jeune écrivain, c’est d’ailleurs une question que j’aime poser aux écrivains. Nous aimerions connaître votre point de vu par rapport à l’image de l’écrivain béninois dans la société.

Pour moi, l’écrivain est bien plus que l’image qui lui est prêtée par la société béninoise et, par extension, africaine. Idéalement, un écrivain est un missionnaire. Sa vocation est de donner vie aux pensées, aux analyses et aux réflexions. Tout comme les autres artistes, il passe subtilement un message sensé être sérieux…à sa manière. Ce que nous observons ? Rien de tout cela ; tout porte plutôt à croire qu’être écrivain se limite quasiment à détenir une œuvre dont on a énormément de mal à assurer la promotion par manque d’écosystème stimulant et encourageant. Des efforts sont faits en ce sens par certains organismes et entreprises ; et tous ces efforts qui visent à mettre en lumière une œuvre d’un écrivain sont à louer !

Pour ne pas demander un résumé du livre pour les lecteurs, puisqu’il faut bien l’acheter pour le découvrir, faites nous tout au moins savourer quelques lignes avec une ou deux citations fortes .

Dans cette œuvre, il y a une question qui m’intéresse énormément : « L’Afrique a assez souffert ; c’est un fait. Mais qu’est ce qui est concrètement fait pour améliorer cet état de chose ? » Aux internautes de nous répondre.

Ah benh voilà, à vous chers lecteurs. On attend donc vos commentaires tout juste en dessous de l’article. Assez parlé du livre, je voudrais tout d’abord rappeler aux lecteurs que vous êtes aussi développeur et référenceur web. C’est bien ça, alors dites-nous en un peu plus.

Oui à côté de tout cela, je suis un professionnel du référencement naturel et un passionné de WordPress. Voyez-vous ? Il y a des millions de requêtes en lien avec vos activités sur Google. Imaginez-vous entrain d’attirer juste une minime partie de ces nombreuses requêtes.

Mon travail consiste donc à placer votre site web en première position sur certains mots clés sur Google et sur les autres moteurs de recherche comme Bing. C’est tout un travail technique avec beaucoup d’implications. L’importance pour les entreprises? Une énorme visibilité sur internet,une proximité avec leur cible et…plus de chiffres d’affaires.

Wahoo, je trouve plutôt que vous êtes un génie Ricardo. Alors des projets pour la suite ?

Tous les projets élaborés par mon équipe sont beaucoup plus en lien avec la promotion du présent essai et la divulgation des solutions qui y sont recensées

Pourrions-nous avoir vos contacts en cas de besoin ou toute autre chose et je rappelle encore vous êtes aussi développeur et référenceur web.

Évidemment ! Toutes les informations nécessaires sont disponibles sur mon site personnel (http://tontonjars.com) ; sur les réseaux sociaux, je suis ‘’Ricardo AHOUANVLAME’’ et sur WhatsApp, il suffit de cliquer sur http://wa.me/22964418752 pour me joindre.

Pour ce qui est du livre, je notifie qu’il est en vente à 5000 FCFA dans tout le Bénin, dans les pays de la sous-région et dans le monde entier. Vous pouvez le commander sur http://kloo.me/livre ou depuis WhatsApp sur http://wa.me/22964418752 pour un besoin particulier.

Finissons donc cet entretien avec quelques mots adressés aux jeunes lecteurs qui nous suivent chaque jour.

Je remercie vivement Blue Sydney pour cette initiative qui met en lumière tant d’icônes. Je me sens heureux et honoré d’y apparaître. A tous les internautes qui liront ces lignes, je souhaite une abnégation et une ferveur suffisantes pour relever vos divers défis personnels et/ou communautaires.

Merci beaucoup à vous cher Ricardo de nous avoir fait apprendre ou plutôt voyager. Nous vous souhaitons une très bonne suite de carrière.

 

Heureux plaisir encore pour nous chers lecteurs de vous voir très nombreux sur Blue-sydney. Les talents, il y en a et nous sommes ravis de vous les présenter chaque semaine. Et des surprises, il y en a. Nous vous prions de nous rester fidèles comme vous l’êtes depuis le début. Surtout, prenez soin de vous et à la prochaine.

Partageons

Share on facebook
Share on pinterest
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Ouvrir WhatsApp
Envie de discuter ?
Blue-sydney
Envoyez-nous un messaage sur WhatsApp !