MABOUDOU Abdou Rahim: Une plume authentique et savamment aiguisée

Sydneya Blue-sydney

Partageons

À lui seul, il est écrivain, poète, artiste, slameur, acteur culturel et militant associatif. Connu aussi pour ses multiples actions solidaires, MABOUDOU Abdou Rahim s’investit magnifiquement dans de nobles causes, et ce, pour un monde beaucoup plus « habitable ». D’ailleurs, il clame régulièrement que « notre monde a besoin d’un peu plus d’humanité, d’humanisme ».

C’est un honneur pour nous de recevoir cette semaine ce jeune intelligent qui déborde d’énergie et d’inspiration : Bravo, l’homme des vers, l’homme de lettres, l’homme de la scène et l’homme de la culture.

Découvre cet article : ALITONDJI HINVI et la prestation live, le charisme n’aurait pas choisi un autre nom

Bonjour cher invité, très heureux de vous recevoir sur Blue-sydney. Alors, qui se cache derrière ce visage ?

Bravo Abdou Rahim MABOUDOU
Bravo prestation

Je réponds au nom de MABOUDOU Abdou Rahim dit Bravo. J’ai 30 ans depuis 25 avril 2022, une bougie décisive dans ma vie. Je vis depuis 2019 à Parakou où tant bien que mal j’essaie de joindre les deux bouts. Je milite et travaille avec certaines ONG sur les thématiques en rapport avec l’éducation, la citoyenneté, le civisme et la culture.

Ma profession ? Difficile à dire. Je me définis comme artiste, écrivain et slameur. L’écriture, pour ne pas dire l’oralité, est le plus vieux métier du monde. Moi j’ai décidé d’en faire une passion.

Alors, quelque chose d’intriguant sur votre bio : Poète, Slameur, Touriste, Aventurier, Anticonformiste, Panafricaniste et surtout un qui a attiré mon attention, ‘‘Foulosophe’’. Nous sommes curieux de savoir pourquoi ces dénominations collent avec vous? .

Au-delà de mon côté écrivain, poète et slameur, je suis un passionné de voyage. J’ai commencé mes premiers guidages touristiques en 2016 avec un groupe de japonais. Après, j’ai enchaîné avec plein d’autres.

Oui, anticonformiste et panafricaniste je suis. Je définis le premier au regard de mon côté rebelle et têtu derrière mon joli sourire et mon air calme. J’aime pas me conformer à la masse en fait. J’aime me démarquer; toujours. Et ça se voit je crois hein. Hahaha !

Panafricaniste, simplement parce que j’agis pour, par et avec l’Afrique. Et s’il arrivait que je ne vive plus en Afrique, je crois que l’Afrique continuera par vivre en moi. Et c’est ça, cette africanité, que j’essaie de valoriser au mieux.

J’ai un côté philosophe très prononcé. J’aime analyser et voir la vie autrement. Quand j’active mon mode « fou » je me dis foulosophe. Soyez pas surpris de me voir boire dans un pot, un vrai pot.

Bravo Abdou Rahim MABOUDOU
Artiste Bravo

Et quelles sont vos sources d’ inspirations ?

Tout m’inspire. Absolument tout. Le quotidien, la nature, les animaux, les humains. Il faut juste avoir l’œil avisé et savoir s’écouter, se sentir, se ressentir, s’observer… L’art est dans les sens. C’est là qu’il faut regarder et pas ailleurs.

Moi particulièrement, j’aime écrire les matins. C’ est plus facile pour moi de le faire quand je reste à jeûn, affamé. J’aime pour rire, dire que c’est la faim qui m’inspire.

Poète Bravo

Quelle à été votre motivation sur ce chemin des lettres, des vers, ou des histoires ?

Un accident de circulation en 2018. Cela m’a poussé à sortir mon premier ouvrage malgré les défis et obstacles. Mais bien avant cela, il y a que quand j’étais au collège (2011 ou 2012 je crois) un professeur français à qui j’avais présenté des écrits m’avait dit que ce que j’écrivais là n’était en rien de la poésie.

Cela m’a révolté certes mais m’a poussé à me surpasser et non pas à lui prouver que je pouvais être l’écrivain, le poète de mes rêves. L’accident de circulation de 2018 n’était qu’un bonus de certitude pour confirmer que j’étais sur le bon chemin.

Abdou Rahim Bravo
Abdou Rahim Bravo

Comment les amis et surtout la famille perçoivent-ils votre passion ?

Au début, des amis très proches m’ont dit pareil que ce professeur de français. J’ai encaissé la douleur et travaillé à m’améliorer chaque jour.

Aujourd’hui, ils sont nombreux à me soutenir, à m’encourager et à me pousser à aller plus loin.

Certains membres de la famille aussi me soutiennent, même si certaines têtes pensent que je ne suis pas sur le bon chemin ou que je passe à côté de ma destinée. J’ai les bénédictions de mes deux parents et celles de dame nature, ça me va largement. Le reste, le temps et la vie s’en chargeront.

On vous souhaite beaucoup de courage tout de même. A ce jour, vous avez combien d’œuvre à votre actif ?

J’ai deux recueils de poèmes : Le chant des vers (2019) et Dr.Li (2022). Le dernier sera lancé en août.

Exposition de livres Filiga Bravo
Exposition de livres Filiga Bravo

Quels sont les thèmes que vous développez dans vos œuvres ?

L’humanité, l’humanisme, la vie, la culture, parfois la spiritualité.

Et est-ce-que vous sentez que vos œuvres influencent les jeunes qui vous lisent ?

Je crois que oui sinon, ils me l’auraient déjà fait savoir.

Le chant des vers : Recueil de poèmes Bravo
Le chant des vers : Recueil de poèmes Bravo

Alors, Bravo, le Filiga, on aimerait en savoir un peu plus.

Le Festival International du Livre Gabonais et des Arts (Filiga) est une rencontre internationale des amoureux du livre. C’est le livre qui est célébré. Cette première édition qui s’est tenue du 25 au 27 mai à Libreville (Gabon) a connu la présence de 32 invités internationaux dont le Bénin.

Ce furent trois jours d’exposition de livre, de conférences-débats, de tables rondes et de prestations artistiques diverses avec des thématiques telles que : la contribution du livre à l’éveil citoyen de la jeunesse ; le rôle de l’écrivain dans la société ; la transmission des valeurs socioculturelles à travers le livre ; etc

Le Bénin était représenté par trois jeunes dont le dynamisme n’est plus aujourd’hui à prouver : Komi Ezin, Ferdinand Missenhoun et moi-même Abdou Rahim Maboudou. Le Filiga fut une expérience enrichissante et des plus inouïes pour un jeune écrivain et slameur comme moi.

Bravo Filiga

Et le MILA quant-à lui?

Comme vous pouvez le voir en définition, c’est une rencontre autour du livre et des arts. J’ai non seulement été invité à représenter le Bénin mais je suis aussi le représentant ou le point focal au niveau du Bénin. En termes plus simples, je représente la structure ici au Bénin et donc je serai chargé de réceptionner, vérifier et valider les candidatures au niveau Bénin.

Bravo MILA
MABOUDOU Abdou Rahim au MILA

Alors, une question importante: quelle est d’après vous l’image de l’écrivain béninois dans la société ?

L’écrivain aujourd’hui doit incarner un grenier de valeurs s’il ne l’était pas déjà par le passé. Dans un monde en décrépitude où turpitudes et ignominies font un bal à visage découvert dans notre quotidien, il nous est, me semble-t-il en tout cas, urgentissime en tant qu’écrivain de ployer notre plume au service d’une cause plus grande et noble : préservation de l’humanité et de l’humanisme en chaque être humain.

Pour moi, c’est la cause la plus grande et noble que puisse défendre un être humain qui plus est, un écrivain. Nous qui sommes depuis des hiers immémoriaux, les gardiens, les templiers des valeurs socioculturelles, traditionnelles et universelles.

Abdou Rahim MABOUDOU au Gabon
Abdou Rahim MABOUDOU au Gabon

Parlez-nous de ce qui est difficile dans cet engagement !

La gestion, la canalisation et l’orientation de l’émotion. Et plus loin, comment rester le plus naturel possible quand on écrit. Après il y a aussi, le côté capricieux du métier d’écrivain. Il nous retranche, nous case et nous retire pour un temps du quotidien et des autres. Car pour écrire pour le monde, il faut s’enfermer dans son monde. Et beaucoup ne comprennent pas toujours cela.

Un métier qui t’oblige à rester enfermé pendant sept jours par exemple, loin du quotidien, de tes amis, loin de la vie, loin des invitations, des sorties et show de tout genre. Oui c’est ça, je crois, le plus dure et difficile dans notre métier.

Et comment les surpassez-vous donc ?

La méditation, l’écri-thérapie et l’effort dans le lâcher prise. Tout ceci pour dire, que je fais de mon mieux pour garder ma tête sur les épaules, les pieds encore sur terre et l’équilibre entre toutes ses vies à l’intérieur de ma tête.

Ecrivain Bravo
Ecrivain Bravo

Formidable. Avez-vous des projets Bravo ?

Oui. Deux à trois autres ouvrages à publier très bientôt. Des sons Slams et beaucoup de spectacles et de scènes ici à Parakou et à l’extérieur.

Dans un futur proche ou lointain, comment voyez-vous l’Afrique et le monde, avec la jeunesse actuelle ?

Bravo Adbou Rahim

Je vois l’Afrique indépendante et prospère avec ses fils et filles bien unis autour d’un même idéal, d’un même combat. Mais ce n’est pas à côté ici que je le vois. C’est très loin. Donc, pour y arriver on doit continuer à se rééduquer mutuellement.

Nous ne devons pas perdre de vue nos cultures même quand il nous arrivera de perdre la vue. Elles sont l’âme de notre peuple, le cœur de nos ethnies et le corps de nos traditions. Et c’est ça qui fait la beauté de l’Afrique ou du monde : la diversité culturelle.

Merci à vous Bravo. Vos contacts à présent, pour tout besoin.

J’ai ma page facebook Bravo, mon compte Facebook MABOUDOU Abdou Rahim, sur Instagram Bravo_officiel et mon WhatsApp https://wa.me/+22996841305.

Finissons donc cet entretien avec quelques mots adressés aux jeunes lecteurs.

Logo Bravo
Logo de Bravo

Qu’ils continuent à croire en eux-mêmes. Même si les membres de leur famille les découragent, s’ils ont foi en leur rêve, qu’ils continuent d’y croire.

Qu’ils ne parlent pas de leur rêve à qui ne comprend pas.

Qu’ils ne s’enferment pas seulement dans leur coin. On a toujours besoin d’un plus petit que soi. Même un fou, un petit enfant peut nous enseigner des choses de la vie. C’est chez l’autre qu’on apprend beaucoup de soi-même et sur soi-même. C’est l’autre qui nous fait grandir. Soyons humbles pour apprendre et nous élever.

Qu’ils s’ouvrent aux autres cultures, mais qu’ils n’oublient pas de protéger, préserver et défendre au prix de leur vie leur propre culture. Aucune culture n’est mauvaise à 100 %. C’est à nous de savoir voir et choisir le positif en toute culture. Notre culture est tout ce qui fait notre dignité d’Homme. C’est la différence entre les animaux et nous.

Qu’ils lisent beaucoup les anciens, les jeunes… qu’ils lisent et surtout qu’ils aient aussi la patience de beaucoup écouter l’autre quand il parle. Mes meilleures inspirations je les eues lors des échanges, discussions et causeries avec mes amis parfois des inconnus.

Enfin, n’oubliez pas de vivre et faire beaucoup de folies. Demain, on va tous mourir, et sans exception ! Vivez pour vous-même !

DIEU BÉNISSE L’ŒUVRE DE NOS MAINS !!!!

Abdou Rahim MABOUDOU au Gabon
Abdou Rahim MABOUDOU au Gabon

Lire aussi….Mondupkè OGBONIKAN et son blog: Le vrai nom de la fée clochette

Alors là chers lecteurs, nous avons bien plus que quelques mots signés Bravo. Je peux vous conseiller à mon tour d’en faire bon usage. Merci à Bravo pour cette confidence. Nous vous souhaitons le meilleur pour la suite. Quant à vous chers lecteurs, encore merci pour votre fidélité et rendez-vous une autre semaine pour une nouvelle découverte. Surtout, prenez soin de vous !

By Sydney

Partageons

Ouvrir WhatsApp
Envie de discuter ?
Blue-sydney
Envoyez-nous un messaage sur WhatsApp !