Junias AGOSSOU: La nouvelle figure emblématique de l’innovation agro-entrepreneuriale

Sydneya Blue-sydney

Partageons

Share on facebook
Share on pinterest
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp

C’est une première, c’est une innovation, c’est une révolution agricole : la culture de la fraise au Bénin. Ce fruit exotique a capté pendant longtemps l’attention des Africains et aujourd’hui, on peut être fiers de le voir mûrir sur nos terres. Comment ceci s’explique et qui est à l’origine de cet exploit ?

Lisez la suite de l’interview pour avoir des éléments de réponses !

Ceci pourrait t’intéresser : Capella DOVONOU : L’enchanteresse des papilles gustatives

Bienvenue à vous sur Blue-sydney. Heureuse de vous recevoir. Merci de vous présenter.

Junias AGOSSOU
Fraisen
Fraise à Parakou

Salut tout le monde. Moi, c’est AGOSSOU Junias, j’ai 26 ans, agronome de profession, et je suis promoteur de FRAISEN BENIN. Je réside à Calavi.

Alors, parlez-nous de la production des fraises ici à Parakou, comment l’idée a-t-elle vu le jour ?

Depuis quelques, années la fraise est devenue un fruit très apprécié par la population béninoise et africaine en général. D’ailleurs, ce fruit ne laisse personne indifférent. Tous ceux qui le voient la première fois ont toujours envie de le goûter et dès qu’ils le goûtent, ils en raffolent.

Malheureusement, la plupart des fraises consommées au Bénin est importée des pays européens. En quelques chiffres, la demande en fraise au Bénin 🇧🇯 a explosé. Sur la base de nos commandes enregistrées l’année dernière, l’estimation est à environ 300 tonnes avec un marché devisé à plus de 10.000.000.000 de FCFA. Et cela n’a cessé d’augmenter.

On a toujours fait croire aux producteurs africains qu’il est impossible de produire un tel fruit afin qu’ils ne cherchent pas à aller vers ces cultures à forte rentabilité au détriment des celles vivrières à faible rentabilité.

J’ai donc décidé de faire quelque chose pour répondre à la demande de mon pays et sauver parallèlement les agriculteurs qui ont marre de ces cultures. C’est ainsi que je me suis lancé dans la production de la fraise au Bénin.

Parlez-nous davantage de vos débuts. On aimerait bien connaître toute l’histoire derrière.

Je me suis fait former au Sénégal. J’y ai travaillé dans le domaine agricole.

À l’époque, des amis au pays me disaient qu’il y avait un besoin en fraise au Bénin et que la vente serait rentable si je m’y lançais.

Au début, j’exportais simplement la fraise vers le Bénin. Mais avec le coup du fret, son prix revenait très cher et les clients hésitaient à acheter. 

J’ai alors eu le déclic de rentrer et de produire sur place au lieu de faire venir d’ailleurs. J’avoue que ce n’était pas facile au début puisqu’il fallait faire une étude du climat ce qui m’a fait parcourir différentes régions du sud au nord Bénin. Je suis allé jusqu’à Matéri avant de poser enfin mes valises en 2020 à Parakou où j’avais la facilité de trouver des collaborateurs sur place qui pouvaient s’occuper de la production sur mes instructions en mon absence.

Fascinant… Et à quel niveau êtes-vous à présent ?

Ça fait déjà trois (3) ans que l’aventure a commencé et FRAISEN BENIN est actuellement en pleine croissance.

Certes, nous ne sommes pas encore complètement satisfaits de nos résultats, mais nous sommes contents que le projet évolue à grands pas.

Les gens sont séduits par le travail que nous faisons et cela nous a ouvert beaucoup de portes.

Nous aimerions connaître de vos difficultés dans la production des fraises à Parakou ?

Elles concernent beaucoup plus les moyens financiers. La demande est énorme et on n’arrive pas à satisfaire tout le monde.

Fraisen Bénin
La fraise au Bénin

Ohh, nous espérons que vous aurez très rapidement des sponsors, bailleurs, investisseurs… afin d’augmenter considérablement votre capacité de production.

Envisagez-vous par la suite produire d’autres fruits exotiques ?

Oui. Nous avons cultivé le melon charentais cette année aussi. C’est une première au Bénin 🇧🇯 et c’était une réussite. C’est également exotique. Je compte aller très loin avec mes innovations.

Melon béninois
Melon charentais au Bénin

Comment peut-on vous contacter en cas de besoins?

Je suis joignable au +229 67639478 (WhatsApp et appel). Mes différents comptes sur les réseaux sociaux (Linkedln, Facebook, Instagram, Twitter ) sous le nom de Junias AGOSSOU. Je précise que nous livrons dans tout le Bénin.

Quels sont vos projets pour la suite ?

Je compte agrandir nos surfaces de production pour accroître notre capacité de productions. Je prévois organiser la filière fraise au Bénin et dans la sous-région vue la demande qui augmente constamment en formant et accompagnant plus de 50 nouveaux producteurs d’ici 2026.

Et enfin, je vais travailler davantage à démystifier l’histoire selon laquelle de nouvelles cultures sont impossibles en Afrique.

Nous vous souhaitons beaucoup de courage et de succès pour la suite. Alors, un mot de fin aux lecteurs, cher Junias.

En cette journée dédiée à la fête du travail, j’aimerais juste dire une phrase : osez et soyez ambitieux pour qu’ensemble nous créions un nouveau Bénin 🇧🇯 qui fera rêver les gens et permettre à notre population de pouvoir vivre pleinement et épanouie.

Merci à vous, pour la confidence de l’histoire derrière Fraisen Bénin. Nous vous souhaitons joyeusement le meilleur pour la suite, avec beaucoup d’autres surprises pour nous.

Ce fut un plaisir. Merci à vous.

Lire aussi : Danielle ADANLAWO : La mompreneur auur d’or.

Une chose est sûre, nous n’avons sûrement pas fini de voir de grandes innovations telles que celle-ci. Des initiatives qu’il faut à tout prix encourager. Moi, je souhaiterais voir plus tard le Bénin capable de produire lui-même ces produits de grandes consommations telles que la farine de blé, la canne à sucre ou encore l’huile de Coton. Et vous donc, quel est votre souhait ?    

Partageons

Share on facebook
Share on pinterest
Share on twitter
Share on linkedin
Share on whatsapp
Ouvrir WhatsApp
Envie de discuter ?
Blue-sydney
Envoyez-nous un messaage sur WhatsApp !